◄ Others cities

The website for going out with friends and making new friends in your city.
         
Our Good Deals ►
OVS Holidays ►
  • Thanks to your help, the site will remain healthy
  • Detects problems and win points for becoming VIP Member
  • Your anonymity is guaranteed!

Which offense do you want to submit to the community?

Login
(Luce1806)


Photo



Profile description


Mood
(mais c`est quoi ces smileys ?)




Click to enlarge


mais c`est quoi ces smileys ?
Character

Actual mood using video images :)
Registration date
12 July 2011




Certified member  by
 TATAL

Their favorite events
 
 
 

Registration reliability
0 1 0 0
  100%
Personal Info
Rankings
First Name : Luce
Sex : Woman
Status : Single, with children
Birthday : 18 June 1962 (57 )
Area : EST Lyonnais


Not ranked
A few words

 

J'ai un Rève

 

Discours prononcé par Martin Luther King, Jr, sur les marches du Lincoln Memorial, Washington D.C., le 28 août 1963.

Il y a cent ans, un grand américain, qui jete sur nous aujourd'hui son ombre symbolique, a signé la Proclamation d'Emancipation. Cet arrête d'une importance capitale venait porter lumière, comme une phare d'espoir, aux millions d'esclaves Noirs marqués par les flammes d'une injustice foudroyante, et annonçait l'aube joyeuse qui allait mettre fin à la longue nuit de la captivité.

Mais un siecle plus tard, nous devons faire le constat tragique que les Noirs ne sont pas encore libres. Un siècle plus tard, la vie des Noirs reste entravée par la ségrégation et enchainée par la discrimination. Un siècle plus tard, les Noirs représentent un ilôt de pauvreté au milieu d'un vaste océan de prospérité matérielle. Un siècle plus tard, le Noirs languissent toujours dans les marges de la société américaine, des exilés dans leur propre terre. Alors nous venons içi aujourd'hui pour dramatiser notre condition effroyable.

Nous venons à la capitale de notre nation pour demander, en quelque sorte, le paiement d'un chèque. Quand les architectes de notre république ecrivirent les textes magnifiques de la Constitution et de la Déclaration d'Indépendence, ils signèrent un billet à l'ordre de chaque américain. C'était la promesse que chacun serait assuré de son droit inaliènable a la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur.

Il est aujourd'hui evident que l'Amérique a manqué a cet engagement quant à ses citoyens de couleur. Au lieu de faire honneur à cette obligation sacrée, l'Amérique à passé au peuple Noir un chèque qui revient marqué "sans provisions". Mais nous ne saurons croire que la banque de la Justice a fait faillite. Nous ne saurons croire qu'il n'y a plus suffisamment de provisions dans les grands coffres d'opportunité nationaux. Alors nous venons exiger paiement contre ce chèque, paiement sur demande des richesses de la liberté et de la sécurité que procure la justice. Nous venons également à cet endroit sacré pour rappeler à l'Amérique l'urgence absolue du moment. Ce n'est pas le moment de prendre le luxe de laisser calmer les esprits, ni de nous laisser endormir par une approche gradualiste. Il est temps de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour prendre le chemin ensoleillé de la justice raciale. Il est temps d'ouvrir les portes de l'opportunité à tous les enfants de Dieu. Il est temps de tirer notre nation des sables mouvants de l'injustice raciale jusqu'au rocher solide de la fraternité.

Que la nation ne tienne pas compte de l'urgence du moment, qu'elle sous-estime la détermination des Noirs, lui serait fatal. Cet été étouffant du mécontentement légitime des Noirs ne prendra fin qu'à l'arrivée d'une automne vivifiante qui amenera liberté et égalité. L'annee 1963 n'est pas une fin, mais un début. Ceux qui veulent croire que les Noirs seront satisfaits seulement de s'exprimer avec force auront un fâcheux réveil si la nation revient aux affaires habituelles comme si de rien n'était. L'Amérique ne connaîtra ni repos ni tranquilité tant que les Noirs ne jouissent pas pleinement de leurs droit civiques. Les orages de la révolte continueront à secouer les fondations de notre pays jusqu'au jour où la lumière de la justice arrivera.

Mais il y a quelquechose que je doit dire à mon peuple, qui sont sur le point de franchir le seuil de la justice. En luttant pour prendre notre juste place, nous ne devrons pas nous rendre coupables d'actes injustes. Ne buvons pas de la coupe de l'amertume et de la haine pour assouvir notre soif.

Nous devons toujours conduire notre lutte dans un haut souci de dignité et de la discipline. Nous ne pouvons pas laisser notre protestation créative dégénérer en violence physique. Encore et encore, nous devons atteindre ce niveau exalté où nous opposons à la force physique, la force de l'âme. Le militantisme merveilleux qui a pris la communauté noire ne doit pas nous amener à nous méfier de tous les Blancs, puisque beaucoup de nos frères Blancs, on le voit par leur présence içi aujourd'hui, se sont rendus compte que leur destin est lié au nôtre, et que leur liberté dépend étroitement de la nôtre. Nous ne pouvons pas marcher seuls.

Et quand nous marchons, nous devons jurer d'aller toujours de l'avant. Nous ne pouvons pas faire demi-tour. Il y en a qui demandent aux fervents des droits civiques, "Quand serez-vous satisfaits?" Nous ne saurons être satisfaits tant que nous ne pouvons pas laisser nos corps fatigués se reposer dans les motels des routes ni les hôtels des villes. Nous ne saurons être satisfaits tant que les Noirs ne peuvent bouger que d'un petit ghetto à un ghetto plus grand. Nous ne saurons être satisfaits tant qu'un Noir en Mississippi n'a pas le droit de voter et qu'un Noir à New York ne voit rien pour lequel il peut voter. Non, non-nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons satisfaits que le jour où la justice se déchainera comme les eaux, et que la rectitude sera comme une fleuve puissante.

Je ne suis pas sans savoir que certains d'entre vous arrivent ici après maintes épreuves et tribulations. Certains d'entre vous viennent directement des cellules étroites de prison. Certains d'entre vous viennent des régions où votre quête pour la liberté vous a laissés meurtris par les orages de la persécution et renversés par le vent de la brutalité policière. Vous êtes les véterans de la souffrance créative. Persévérez dans l'assurance que la souffrance non-méritée vous portera rédemption.

Retournez au Mississippi, retournez à l'Alabama, retournez à la Géorgie, retournez à la Louisiane, retournez aux ghettos et quartiers pauvres de nos villes du Nord, en sachant que cette situation, d'une manière ou d'une autre, peut être et sera changée. Ne nous complaisons pas dans la vallée de la désespoir.

Je vous dis aujourd'hui, mes amis, que malgré les difficultes et les frustrations du moment, j'ai quand même un rève. C'est un rève profondement enracinée dans le rève américain.

J'ai un rève-qu'un jour, cette nation se lèvera et vivra la vrai signification de son croyance: "Nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes naissent égaux."

J'ai un rève-qu'un jour, sur les collines de terre rouge de la Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d'esclaves pourront s'asseoir ensemble à la table de la fraternité.

J'ai un rève-qu'un jour même l'etat de Mississippi, un désert étouffant d'injustice et d'oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

J'ai un rève-que mes quatre enfants habiteront un jour une nation où ils seront jugés non pas par la couleur de leur peau, mais par le contenu de leur caractère.

J'ai un rève aujourd'hui.

J'ai un rève-qu'un jour l'état de l'Alabama, dont le gouverneur actuel parle d'interposition et de nullification, sera transformé en un endroit où des petits enfants noires pourront prendre la main des petits enfants blancs et marcher ensemble comme freres et soeurs.

J'ai un rève aujourd'hui.

J'ai un rève-qu'un jour, chaque vallée sera levée, chaque colline et montagne sera nivellé, les endroits rugueux seront lissés et les endroits tortueux seront faits droits, et la gloire du Seigneur sera révélée, et tous les hommes la verront ensemble.

Ceci est notre espoir. C'est avec cet espoir que je rentre au Sud. Avec cette foi, nous pourrons transformer les discordances de notre nation en une belle symphonie de fraternité. Avec cette foi, nous pourrons travailler ensemble, prier ensemble, lutter ensemble, être emprisonnés ensemble, nous révoltons pour la liberte ensemble, en sachant qu'un jour nous serons libres.

Quand ce jour arrivera, tous les enfants de Dieu pourront chanter avec un sens nouveau cette chanson patriotique, "Mon pays, c'est de toi, douce patrie de la liberté, c'est de toi que je chante. Terre où reposent mes aïeux, fierté des pélerins, de chaque montagne, que la liberté retentisse."

Et si l'Amérique veut être une grande nation ceci doit se faire. Alors, que la liberté retentisse des grandes collines du New Hampshire. Que la liberté retentisse des montagnes puissantes du New York. Que la liberté retentisse des hauts Alleghenies de la Pennsylvanie!

Que la liberté retentisse des Rockies enneigées du Colorado!

Que la liberté retentisse des beaux sommets de la Californie!

Mais pas que ça-que la liberté retentisse des Stone Mountains de la Georgie!

Que la liberté retentisse des Lookout Mountains du Tennessee!

Que la liberté retentisse de chaque colline et de chaque taupiniere du Mississippi! Que la liberté retentisse!

Quand nous laisserons retentir la liberté, quand nous la laisserons retentir de chaque village et de chaque lieu-dit, de chaque état et de chaque ville, nous ferons approcher ce jour quand tous les enfants de Dieu, Noirs et Blancs, Juifs et Gentils, Catholiques et Protéstants, pourront se prendre par la main et chanter les paroles du vieux spiritual noir, "Enfin libres! Enfin libres! Dieu Tout-Puissant, merci, nous sommes enfin libres!"

 

French translation Copyright © 1996 by Thomas Storrer. All Rights Reserved.

 

 

 

***************************************************************************************************************

 

 

Mener une vie de gauche


A quelques belles âmes autoproclamées de gauche qui, à la faveur des élections présidentielles, m’ont reproché de voter blanc, sous prétexte qu’avec ce geste, je ne sais pas par quel miracle, je ferais le jeu de la droite ou du sortant, j’ai plusieurs fois dit que la gauche n’existait pas, puisque seules existent des preuves de gauche…

Qu’est-ce qu’être de gauche ?
C’est croire à un certain nombre de valeurs que sont la solidarité, la fraternité, le partage, la générosité, la communauté, le don, la gratuité…
Croire à ces valeurs n’est pas suffisant, il faut aussi les pratiquer quotidiennement dans sa vie, les incarner au jour le jour.
La gauche a ses croyants ; je préfère ses pratiquants.
Etre de gauche, ça n’est pas voter à gauche (ce serait trop simple…), c’est mener une vie de gauche.
La preuve de la gauche n’est donc ni le bulletin de vote, ni l’adhésion à un parti, ni la revendication tonitruante d’une appartenance idéologique, mais la vie de gauche qu’on mène – ou non…

J’ai découvert cette évidence quand j’avais quatorze ou quinze ans auprès de deux instituteurs à l’ancienne, mes héros, l’un, socialiste, l’autre, communiste (il s’appelait Emile Legrix, elle s’appelait Marcelle Henri) : il y avait toujours chez eux une place à table, de quoi se faire un sandwich, la possibilité de téléphoner à une petite copine pendant des heures…
On pouvait les appeler dans la nuit parce qu’on avait été mis à la porte de chez nos parents, il y avait toujours un canapé à ouvrir pour y passer la nuit.
Une voiture était toujours disponible pour nos causes les plus fantasques.
La vie de gauche se manifeste, ou pas, dans le plus infime détail.
Tout ce qui montre de l’égoïsme, de l’impolitesse, de l’incivilité, de la goujaterie témoigne contre la vie de gauche : se croire seul au monde, ignorer les règles élémentaires de la vie à plusieurs, vivre comme si nous étions sans voisins, sans compagnons de table, sans partenaires de voyage dans le compartiment d’un train, seuls dans une file d’attente – voilà des signes utiles pour débusquer le petit-bourgeois affublé du masque de gauche…

Cette vie de gauche se mesure également à la capacité à partager, à donner de soi, de son temps, de son énergie, de son argent.
Les pingres, les radins, les avares qui se lèvent systématiquement après un repas en commun seulement quand ils ont entendu le bruit de la machine ayant débité la carte bleue et protestent qu’ils ont été pris de court, ceux-là qui veulent le communisme pour la planète entière et en sont incapables pour la tablée de huit copains partageant les mêmes idées qu’eux, ne sont pas gens de gauche…

On ne saurait être de gauche quand on ne sait ni donner, ni prêter, quand on prend sans donner, quand on vit en parasite, quant on se sert du carnet d’adresses des amis pour prendre du bon temps grâce à eux sans jamais offrir en retour , même symbolique, une parcelle de quoi que ce soit, et qu’on se révèle ainsi un coeur sec, une âme vide et creuse.
Si tous ceux qui se disent de gauche vivaient à gauche, menaient une vie de gauche, incarnaient la gauche et la faisaient sortir de son catéchisme, de ses slogans, de ses déclarations d’intention, le projet de gauche deviendrait illico une réalité.
Toute proclamation de gauche qui n’est pas accompagnée par une vie adéquate trahit l’homme de ressentiment.
La révolution est une affaire de vie quotidienne, un enjeu ici et maintenant.
Demain, ce sera trop tard…

La chronique mensuelle de Michel Onfray n°84-Mai 2012
 
=========================================

 

 

 

"Fiez-vous à votre première sensation quand elle est mauvaise, c'est toujours la bonne". Sacha Guitry


” La seule certitude, c'est que rien n'est certain. “ Pline l'Ancien

 
 
======================================================
 
 
A TOI, QUI T'INSCRIS SANS REFLECHIR A MES SORTIES, ET QUI T'EN DESINSCRIS QUELQUES HEURES AVANT LE DEBUT, AU MOTIF D'UN CONTRE-TEMPS REEL OU PAS, JE VOUDRAIS RAPPELER QUE METTRE EN PLACE LES DITES SORTIES ME DEMANDE DU TEMPS ET DE L'ENERGIE.
ESSAIE DE LE COMPRENDRE ET DE T'EN SOUVENIR....

SI TU N'ES PAS SUR(E) DE POUVOIR ETRE PRESENT(E), NE T'INSCRIS PAS, C'EST PREFERABLE.
A TOI, JE RAPPELLE QUE MES SORTIES NE SONT PAS UNE OPTION A PRENDRE (ET JE VERRAI ENSUITE...), ET A RE-EVALUER LE MOMENT VENU.

ET OUI, LORSQUE TU T'INSCRIS DE SUITE, ET TE DESINSCRIS ENSUITE TARDIVEMENT, TU EMPECHES D'AUTRES PERSONNES D'AVOIR LE LOISIR DE PROFITER D'UNE SORTIE, ET CELA N'EST PAS CORRECT.

ET LORSQUE CELA SE PRODUIT DE FACON RECURRENTE, C'EST AUSSI UNE MARQUE D'ABSENCE DE RESPECT POUR MOI, CAR JE N'AI PAS DE TEMPS A PERDRE A GERER LES INDECIS.
DESORMAIS, TOUTES MES SORTIES SERONT BLOQUEES ENTRE 12 ET 24 HEURES AVANT LEUR DEBUT.

A PARTIR DE CE MOMENT, TOUT COMMENTAIRE SUR LA FICHE DE LA SORTIE VISANT A TE DESINSCRIRE, OU TOUTE ABSENCE A MA SORTIE, SERA PENALISE AUTOMATIQUEMENT PAR UN CARTON ROUGE, ET UN PLACEMENT D'OFFICE SUR MA LISTE D'INDESIRABLES.

C'EST DESAGREABLE, MAIS JUSTIFIE PAR TON ATTITUDE CAVALIERE A MON EGARD.....
C'EST MOI QUI DONNE DE MON TEMPS ET DE MON ENERGIE POUR ORGANISER DES SORTIES, GENERALEMENT PAS LES CONSOMMATEURS EN TON GENRE.
 
 
CE POST NE CONCERNE PAS LES PRESENTS DANS MA LISTE D'AMIS, EN QUI J'AI CONFIANCE, ET QUI NE SE DESISTENT PAS A TOUT VA, SELON L'HUMEUR ET LA FLEMME DU JOUR, MAIS POUR DES RAISONS LEGITIMES.
 
ET JE SAIS AUSSI QUE CES MEMES AMIS FERONT LEUR POSSIBLE POUR ME PREVENIR AU PLUS TOT ET LAISSER LA PLACE A LA LISTE D'ATTENTE.

PAR CET ALINEA A LEUR ATTENTION, J'ESPERE LES AVOIR CONVAINCUS N'ETRE PAS SUBITEMENT TOMBEE DANS LA PSYCHO RIGIDITE.....lol (non, non, non, ce n'est pas une maladie contagieuse.......)
 
    To:
  • Send them a private message
  • Show the list of their upcoming events
  • Know if you have already met this person during an event

  • Log in!

    Fb Connect

« Find others

Check out the forum


0.0299s